Le bruit

"La santé n'est pas seulement l'absence de maladie, mais un état de complet bien-être physique, mental et social." (OMS 1948)

"Notre santé dépend en grande partie des facteurs de risques présents dans notre environnement et de notre comportement vis-à-vis de ces risques.
Le bruit est un risque majeur et cependant, ses néfastes effets sont encore mal connus, surtout chez les jeunes.
Les atteintes de l'appareil auditif ne se limitent plus aux expositions sur les lieux de travail, elles apparaissent maintenant à l'occasion de loisirs bruyants, lorsque la musique est écoutée à un niveau sonore élevé.

Ces atteintes auditives qui peuvent être irrémédiables touchent principalement les jeunes. Elles posent un problème d'ordre sanitaire et demandent une sensibilisation accrue sur l'ensemble de la collectivité"

Pr. Joël Ménard. Directeur Général de la Santé.

Les bruits qui nous entourent sont toujours les conséquences d'une activité.

Bruits domestiques ou bruits de comportement

Ceux-ci sont, tout d'abord, les bruits domestiques ou bruits de comportement. Il s'agit alors de bruits de déplacements d'objets ou de personnes. Ils gagnent en intensité lorsqu'ils se produisent à l'occasion de fêtes familiales ou non, de soirées, de disputes, de conversations à voix hautes. La présence de carrelages au sol dans certains appartements, ainsi que l'utilisation d'un instrument de musique dans une pièce non isolée compromet parfois le droit au repos auquel chacun peut prétendre.

A ces bruits peuvent s'ajouter ceux qui proviennent des appareils électroménagers, d'outillage et de jardinage. Ces derniers sont d'autant plus désagréables que les activités correspondantes ont lieu pendant les heures de repos de chacun.

N'oublions pas non plus, l'utilisation à des niveaux sonores souvent trop élevés, de la télévision et de la radio. Il est nécessaire ici de rappeler, qu'il est souhaitable que ces loisirs restent un plaisir pour chacun d'entre nous, par conséquent d'en limiter le volume sonore.

D'après le Centre d'Information et de Documentation sur le Bruit, la présence en France de 8 millions de chiens, dont 3 millions en zone urbaine, occasionne de multiples problèmes. Les aboiements sont responsables de 35% des nuisances sonores et sont la cause de nombreux abandons d'animaux.

Autres bruits

Dans une seconde catégorie, nous devons évoquer les bruits résultant de toutes les activités liées au commerce, à l'industrie et à la présence de gros chantiers à proximité des habitations. Mais ces activités relèvent du domaine économique et, en suivant une réglementation très stricte, sont permises et autorisées car créatrices d'emplois.

Un traitement particulier est appliqué pour les manifestations de loisirs (par exemple, les lieux musicaux).

Le bruit des transports représente chez 12% de la population, des nuisances sonores diurnes supérieures à 65 décibels. Nous pouvons évoquer les bruits provenant de l'utilisation des deux roues, ceux provenant de la proximité avec une gare, et ceux dus au passage continu de poids lourds.
Le dernier point noir reste les activités aériennes responsables de nombreux conflits entre riverains et plates formes telles que les aéroports de Roissy ou Orly.

Tous ces sujets font l'objet de nombreux décrets et textes de lois et sont donc soumis à une législation stricte. Certaines nuisances, comme celles liées aux comportements, peuvent peut-être trouver un début de solutions si chacun d'entre nous adopte une attitude citoyenne. Il s'agit alors de respecter le voisinage et d'entretenir des relations où le dialogue et la médiation sont de mise.

Pour ce qui concerne les infrastructures autoroutières, les constructions de logements ou la présence d'usines, des normes d'acoustique sont réglementées et appliquées par toutes les parties en présence.

Dans un article paru en janvier 2010 dans "L'Ouïe Magazine", il est rappelé que le nombre de décibels mettant en danger notre audition est à additionner au temps d'exposition. L'association de ces deux causes entraine, en effet, des traumatismes auditifs inquiétants que l'on ne peut soigner qu'avec des traitements de dernière génération.
Il semblerait également vrai que certains d'entre nous soient prédisposés à la presbyacousie. Les études à ce sujet sont récentes mais prometteuses.

La surdité occasionnée par le milieu professionnel est un sujet préoccupant pour de nombreux médecins. Elle est la deuxième cause de maladie professionnelle et l'on doit tenter d'apporter des solutions pour éviter toutes les conséquences néfastes liées à ce problème (insomnies, stress et risques d'accidents). Il faut véritablement renforcer la surveillance, les campagnes d'informations ainsi que le port de bouchons ou casques.

Il faut préventivement informer et renseigner, et secondairement savoir faire face techniquement à la malentendance qui touche, selon certains sondages, 40% des moins de 55 ans.